Billet d'humeur #4

Billet d’humeur #4 : Le monde tourne trop vite

Séparateur
Partager sur facebook
0
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
0

On se retrouve aujourd’hui, non pas pour parler bébé (enfin si un peu) mais plutôt de sentiments généraux. Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression que le monde tourne trop vite ? Que les choses vous dépassent ? C’est très dérangeant comme sentiment et ça peut clairement vous perturber pour un moment. Et quand on est maman, il peut arriver que cette impression se fasse ressentir de façon un peu plus forte.

C’est ce qu’il se passe en ce moment. Les jours défilent et m’échappent, les dates s’entre-mêlent, je ne sais plus quel jour nous sommes dans la semaine, dans le mois. Les informations me font tourner la tête. Il se passe trop de choses alors que je ne suis focalisée que sur une seule : ma fille. Ce tournis de mauvaises nouvelles, prise de bec au pouvoir, évènements de célébrités sans intérêt, ça n’aide pas. Je voudrais suivre, mais je n’y arrive pas, un peu comme si le monde en dehors de chez moi n’était que bêtises et ne me concernait pas. Pourtant j’y vis dans ce monde, mais j’en suis complètement déconnectée. Mes journées se calent sur ma fille, nos sorties, notre petite famille avec le papa et les grands-parents, mais le reste, mes oeillères ne me permettent pas de le voir.

J’aimerais vivre dans un conte où nous pourrions nous échapper dans un autre monde qui serait notre monde en glissant sous une couette bien chaude. On serait tous paisibles, on serait bien. Mais malheureusement, au moment de me glisser sous la couette, ce sont des mondes plutôt sordides et pas très joyeux qui m’attendent depuis plusieurs nuits, malgré la fièvre que j’ai pu vaincre. C’est pénible. Mais c’est aussi ça être maman. Et j’ai beau être conseillée et conseiller de dormir en même temps que bébé, je n’y arrive pas car il y a toujours quelque chose à faire. Je profite tellement de mes journées, qu’à la fin, épuisée ma petite cervelle n’arrive pas à se déconnecter et pourtant je ne vis pas à 200 à l’heure. C’est vraiment étrange.

Vous savez pourquoi tout ça refait surface ? Tout simplement car bébé qui fera quatre mois dans quelques jours semble commencer à nous faire une poussée dentaire avec ses deux petits bourgeons aux incisives inférieures, sa rhinite, ses excès de bave, ses petites fesses et joues rouges. Je me dis que le temps passe réellement trop vite et que j’aimerais trouver le bouton pause pour souffler un peu, prendre du temps et me dire au bout de quelques instants « c’est bon on peut repartir ». Mais non, le temps file et moi je cours derrière sans parvenir à le rattraper. Ce qui m’a pas mal perturbé, c’est également de passer simplement devant mon travail et me dire que même s’il me reste encore quelques mois, je n’ai aucune envie d’y retourner, je veux juste rester avec ma fille, la voir grandir, s’épanouir. Je veux encore pouvoir me réjouir de chaque progrès qu’elle fait chaque jour, gazouiller avec elle, la câliner. Pourtant, cela nous est impossible. On fait déjà des efforts pour que je puisse rester au maximum avec elle, mais dans ce monde, il arrive un moment où si tu n’as pas des fesses d’or, tu dois repartir au travail et laisser ton bébé à un ou une inconnue pour les journées qui passeront. Je n’aime pas cette idée. Je suis bien trop fusionnelle avec ma fille pour le moment, et rien que l’idée de m’en séparer me brise le coeur.

On ne m’avait pas dit que ce serait si dur. Ce n’est pas de la déprime, de la dépression ou autre, juste un élan permanent d’amour qui me fait perdre pied. J’ai beau me préparer des emplois du temps, prévoir des choses pour la semaine, tout tourne autour d’elle, et à force de gazouillis, jeu, câlins, parfois sieste avec elle bien que rarement, le temps file et moi je ne fais pas ce que je devais faire. Je me sens comme un fantôme qui erre, qui vit par automatisme, le monde qui s’agite dans les magasins me donne vite le tournis, c’est complètement étrange. Et même si ses sentiments sont détestables par moment car on se sent perdu et désarmé, je souhaite à tout le monde de connaître ça un jour, d’abandonner sa vie et son coeur à un petit être qui occupe toutes nos pensées et qui grandit à la vitesse de l’éclair. Je ne comprenais pas ces mamans fusionnelles qui avaient ce besoin d’être avec leur bébé, maintenant j’en suis une. Le temps file je vous dis, et on ne le voit pas toujours passer !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
PARTAGE

Ça pourrait t'intéresser

Séparateur

Laisse-moi un commentaire

Séparateur
avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
HarleySuzanne Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Suzanne
Invité

J’ai effectivement assez souvent d’être à la ramasse dans ma vie, et j’imagine qu’avec un enfant c’est encore plus marqué… Mais bon, si ça nous permet pleinement de profiter de l’instant présent, ça va, non ? En tout cas moi ça ne me fait pas trop stresser (la plupart du temps). J’imagine que pour toi, une fois retournée au boulot, ça devrait te remettre dans le bain… Même si tu n’en as pas trop envie (et comme je te comprends ! 😉 )

MamanHarley

Séparateur
Laura

Maman épanouie, je partage mes aventures de famille, mes lectures, mes coups de cœur et parfois quelques recettes végétales.

Instagram

Séparateur

Suivez-moi

Séparateur