ivette-ivens

Vivre son allaitement au sein séreinement

Séparateur
Partager sur facebook
0
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
0

Bonjour à toutes et à tous, mais surtout à toutes car cet article est plutôt orienté vers les mamans qui allaitent ou souhaitent allaiter au sein. C’est le mode d’alimentation le plus sain pour bébé, apportant tout ce qui lui est nécessaire pour grandir mais aussi du bonus comme les anticorps de la maman, du réconfort par la proximité, du peau à peau, de la complicité. Il est évident qu’on ne force pas une maman à allaiter, il faut le sentir, car allaiter au sein c’est donner de soi, c’est continuer de partager son corps, et c’est aussi désexualiser ses seins pour en faire la source de nourriture de son enfant et non plus le joujou favoris de sa moitié.

Cependant, l’allaitement au sein est parfois un peu houleux, ce n’est pas une petite balade tranquille. Il existe des petites astuces pour mieux vivre cet allaitement au sein, et pratiquant ces tétées depuis quatre mois, je peux vous confirmer que certaines aide, physiquement ou même juste moralement. J’espère que certains points pourront vous aider et n’hésitez pas à partager vos petites astuces !

Profitez de chaque instant de tétée

Cela peut paraître un peu bête, mais pourtant ceci s’applique dès la maternité. Laissez vous emporter par la tétée de bienvenue, par ce sentiment d’abandon mais aussi de partage avec votre bébé, cette fusion qui pourra vous manquer après l’accouchement. A chaque tétée laissez-vous aller, profitez des instants. Si vous commencer à vous stresser ou vous crispez avec bébé au sein, il le ressentira et vous aurez du mal à faire durer ces moments. Et puis vous verrez, les tétées de nuit se passe bien mieux en lâchant prise, on plane à moitié, et le sommeil se retrouve plus facilement une fois de retour au dodo. Il m’arrive parfois de me demander si je viens de me lever ou si c’était juste un rêve quand je me réveille la nuit.

Prenez soin de vos seins

Dès la grossesse, n’hésitez pas à hydrater vos seins, à les masser. Il paraitrait même que rester seins nus sous un tee-shirt permettrait de désensibiliser les seins pour éviter les crevasses et les sensations désagréables des premiers jours. Malheureusement j’ai pris connaissance de cette technique après avoir commencer l’allaitement. N’hésitez pas à les hydrater dès les premiers jours pour calmer les crevasses qui peuvent être douloureuses au point d’avoir un mouvement de recul lors du début de la tétée.

Massez vos usines à lait (joli hein?), sous un jet d’eau chaude pour décongestionner, pour drainer, en cas de montée de lait, en cas d’engorgement, ou tout simplement pour reprendre le contrôle de votre corps. Effectuez des expressions manuelles si besoin aussi, juste des légères, sous la douche par exemple, pour relancer la machine en fin de journée avant la nuit ou après une tétée de soir pour bien vidée les seins, pas besoin d’insister pour remplir un biberon obligatoirement.

Tenez bon les premiers jours

L’allaitement, c’est un peu comme les tatouages ou un coup de soleil : sur le coup cela semble être une bonne idée mais les jours qui suivent, c’est pas du tout agréable. Les premiers jours, ça tire, ça gratte, ça fait mal, on a les seins énormes, il faut tenir bébé sans lui faire mal (oui on a toujours peur de casser un bébé les premiers jours). Mais une fois le cap le plus dur passé, c’est du bonheur. Bon les fuites de lait mettent plus de temps à se réguler, mais au moins, les tétées ne sont plus des parties de lutte mentale pour supporter ce petit être qui vous fait souffrir. Oui oui j’ai vraiment eu très mal. J’ai même pensé abandonner, mais heureusement, grâce à l’aide de ma sage femme de PMI j’ai pu continuer et j’en suis plus que ravie.

En fait, dites vous que c’est un mal pour un bien.

Buvez à votre soif

Dès les premiers jours d’allaitement vous allez sentir une soif supérieure à celle habituelle. Et il vous sera agréable d’avoir toujours un verre d’eau à portée de main, surtout pendant et après les tétées. Ensuite ça se régule un peu, mais on boit plus que d’ordinaire. Ne buvez pas trop sucré c’est pas très bon pour le corps, mais buvez. Pas trop non plus, ne vous forcez pas à boire 4L par jour « pour produire du lait » ça ne fera l’effet souhaité sur la production. Ecoutez votre corps et buvez à votre soif. N’hésitez pas à introduire des tisanes au milieu de tout ceci. Et puis après tout, les voyages à répétition au wc on connait ça depuis la grossesse.

Une impression de baisse de production ?

Cela peut arriver. Bien souvent, les baisse de production de lait sont liées à une baisse de l’état général de la maman. Il existe bien des moyens pour stimuler/aider la production : mettre bébé au sein le plus souvent possible pour « générer » des tétées supplémentaires ou utiliser un tire-lait, boire des tisanes d’allaitement composées en majorité par de l’anis / cumin / fenouil (même si ce n’est pas bon du tout en goût), utiliser des aliments galactogènes tels que les graines de lin, le fenouil, l’avoine, le malt, les lentilles, le fenugrec, le quinoa, et évitez par contre la menthe, la sauge, le persil, ou encore reposez-vous !

Cependant, beaucoup pensent qu’avoir les seins mous est un signe de baisse de lactation. Mais attention, avoir les seins mous peut tout simplement être le signe que votre corps a pris le rythme et que vous êtes passés en lactation « automatique », enfin autocrine pour être plus exacte. Bébé doit tirer un peu plus longtemps pour avoir le lait, mais vous en produisez la quantité qui lui est suffisante. Pour être honnête je pensais faire une baisse de lactation, mais après avoir consulté une conseillère de La Leche League France (merci Aline de me l’avoir faire découvrir), et après avoir été attentive aux réactions de mon corps, je me suis rendue compte que ce n’était pas une baisse mais en gros je suis passée en mode automatique, qui fait un peu ronchonner bébé quand elle a faim car elle doit patienter 1 minute pour que le lait arrive. Mais au moins, les fuites sont très rares et les seins lourds aussi (sauf en cas de tétée sautée pour cause de dodo de pitchoune la nuit).

Bébé ne reste pas longtemps au sein ou s’y endort

Tous les bébés sont différents, toutes les mamans ont une production et une qualité de lait différente. Des bébés peuvent téter pendant 40 minutes, d’autres 10 minutes voire moins pour avoir les mêmes apports. Mais il existe quelques petits tips qui aident dans ce genre de situation.

Par exemple, si bébé ne reste pas longtemps au sein et qu’il s’énerve, essayez la « super alternance« . Donnez lui un sein, puis l’autre, puis rebelote pour qu’il est un accès plus rapide au lait. Il se fatiguera un peu moins à tirer toujours sur le même sein. S’il s’énerve à la mise au second sein ou détourne la tête, il a peut-être tout simplement assez manger. Ne le forcez en aucun cas sous peine d’avoir un gros chagrin de nerfs et un bébé énervé. S’il a faim il mangera !

Bébé s’endort au sein, souvent après en fin d’après midi. Si vous jugez qu’il a pris une bonne tétée, faites un câlin. Si la tétée vous semble courte et légère, n’hésitez pas à comprimer votre sein (toujours le téton en bouche) en mettant votre main sur le sein, de part et d’autre du sein le plus loin possible du téton pour le comprimer par petits instants. Cela va permettre un écoulement d’un peu de lait et bébé continuera de boire peu à peu. Essayez aussi de lui faire faire son rot puis changez de sein. Parlez lui doucement pour le motiver, gentiment, ce n’est pas un marathon non plus. Dans tous les cas, si bébé vous fait un joli sourire aux anges, laissez le un moment ainsi, c’est qu’il est bien, rassuré, bien nourri, aux anges quoi.

N’excluez pas le papa !

« Mais il ne peut pas donner le sein lui? » Oui certes, mais le temps de vous installer, laissez lui faire un câlin à bébé puis vous le glissez dans les bras. Profitez de lui pour avoir à grignoter / boire pendant les longues tétées. Ce n’est pas parce que c’est votre sein qui nourrit bébé que le papa ne doit avoir aucun rôle dans ces moments là. A la maison, elle adore, surtout le soir, quand c’est papa qui la glisse dans mes bras où elle attend la bouche grande ouverte l’ouverture de la cantine. Si vous complémentez l’allaitement au sein par du biberon, laissez cette occasion à papa.

Ne dormez pas sur le ventre

Sinon gare à l’engorgement. J’ai fait la bêtise une fois de dormir sur le ventre, j’étais bien installée, j’ai morflé le lendemain avec un engorgement, fièvre et tout le bazar. Depuis, c’est dos ou côté, bien que sur le côté, j’ai tendance à être un peu sensible le matin.

Bébé ne prend pas beaucoup de poids, ne paniquez pas.

Je suis la première à me remettre en question après une visite chez le pédiatre qui me fait remarquer acerbement que bébé ne prend pas assez de poids et qu’il faut complémenter en biberon ou en purée. Avec la petite phrase « Surtout ne pensez pas que c’est de votre faute ». J’en ai pleuré, beaucoup. Cette phrase m’a fait beaucoup de mal, et m’a confortée dans l’idée de baisse de production. Mais après plusieurs discussions, recherches, conseils, on a su me rassurer. Si bébé prend du poids de manière régulière c’est qu’il mange bien, et grossit à son rythme. Ce n’est pas parce que le bébé de la voisine prend 1kg par mois que le votre suivra le même chemin.

Essayez de le mettre un peu plus souvent au sein si vous voulez, mais surtout ne paniquez pas. Cherchez des contacts avec qui échanger sur le sujet, consultez plusieurs pédiatres si besoin ou une conseillère de La Leche League, mais un bébé suit sa propre courbe de croissance. Bon s’il prend très peu de poids ou qu’il en perd, n’hésitez pas à consulter. Dans tous les cas, si vous faites le nécessaire mais que cela ne fonctionne pas assez bien pour la croissance de votre bébé, dites vous que vous faites du mieux possible, tout en ne baissant pas les bras.

Tétée au calme, tétée appréciée

Un bébé qui est au sein peut facilement se distraire ou être perturbé. Pour éviter cela, installez vous confortablement sur un fauteuil, sur le canapé, sur le lit, n’importe, mais restez au calme. Baissez le son de la télé, de la radio, et profitez de l’instant. Si des personnes se trouvent autour de vous, demandez leur de parler un peu plus doucement, vous verrez que si l’une d’elles se met à parler un peu plus fort cela peut perturber bébé.

La nuit, privilégiez une lumière douce, telle une  lampe de chevet ou une veilleuse si c’est suffisant pour vous, et évitez la grande lumière qui éblouira bébé qui est dans les choux, et qui finira de le réveiller avec un rendormissement plus difficile.

L’image à la une est une photographie signée par Ivette Ivens, dont les galleries sur l’allaitement et la maternité sont splendides. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
PARTAGE

Ça pourrait t'intéresser

Séparateur

Laisse-moi un commentaire

Séparateur
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de

MamanHarley

Séparateur
Laura

Maman épanouie, je partage mes aventures de famille, mes lectures, mes coups de cœur et parfois quelques recettes végétales.

Instagram

Séparateur

Suivez-moi

Séparateur