Coin Lecture

Graveyard Shift : Amour, flic et vampire

11 mars 2016
Graveyard Shift : Amour, flic et vampire

Mais, mais, mais, nous sommes vendredi, et il y a un nouvel article ? Et bien oui ! Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un comics Graveyard Shift écrit par Jay Faerber et illustré par Fran Bueno paru en VO chez Image et en VF chez Glénat Comics. Pourquoi vous en parler ? Tout simplement car il s’agit d’une lecture bien agréable, et car cela fait longtemps que je n’ai pas parlé de comics par ici.

Alors Graveyard Shift c’est quoi ?

Liam, membre des forces spéciales de la criminelle, fait une perquisition qui tourne mal chez un suspect. Ce dernier, d’une force surhumaine, force l’équipe de police à le cribler de balles pour s’en débarrasser. Le soir même, Liam et sa petite-amie, Hope, sont attaqués en représailles. La jeune femme est mordue et se retrouve transformée… en vampire ! Déboussolée, elle ne sait pas comment gérer ce nouvel état qui provoque de nouvelles sensations en elle : des pulsions souvent violentes et incontrôlables. Liam promet de la sauver, mais leur amour résistera-t-il à ce terrible coup du sort ?

Réunis après leur mémorable collaboration sur Noble Causes, Jay Faerber et Fran Bueno nous proposent une nouvelle fable mêlant fantastique, horreur et romance ! Une histoire d’amour impossible qui n’est pas sans nous rappeler par moments la cultissime série Buffy contre les vampires.

Voilà pour le résumé. Si vous avez lu mon coin lecture où je vous parlais de Day Men, vous connaissez mon amour pour les comics qui traitent de vampires, avec en tête de liste mon comics ultime American Vampire dont vous pouvez retrouver les critiques sur DCPlanet.fr. Et bien ici, je reste plutôt sur ma faim. On a bien des vampires, une enquête, de l’amour, tout ça tout ça, mais il manque quelque chose.

Graveyard Shift : Amour, flic et vampire

L’histoire semble bien simple, bien qu’il y ait au milieu une petite trêve pour traiter des vampire à proprement parler. En fait, mon souci vient peut-être du fait que ce tome de Graveyard Shift se lit très rapidement, mais que le récit n’est pas très consistant. L’enquête se résoud très vite, avec en gros en morale, l’amour peut triompher de tout. Mais il me manque cette bestialité, cette ambiance que l’on approche que très peu au fil des pages et que l’on retrouve dans bien d’autres oeuvres. Comme dit le résumé, l’histoire nous ramène clairement à Buffy, son histoire avec Angel mais en inversant les rôles, avec une dernière virée en cliffhanger. Le denouement de l’enquête semble trop facile, et même si on semble nous vendre du gros bourrin ça reste quand même bien soft. Toutefois, si on omet le côté brute que j’aime en général chez les vampires, et bien, c’est quand même agréable.

Oui, même si ce tome se lit très vite, même si l’amour prévaut sur presque tous les autres sujets, il y a des personnages bien travaillés, d’autres qui viennent compléter les principaux sans alourdir le sujet ni se perdre dans des explications sans fin. C’est un récit peut-être fragile mais qui peut plaire au plus grand nombre. Il y a de l’espoir qui plane au dessus de ce Graveyard Shift, quelque chose qui nous donne envie de croire à cette histoire d’amour, à la relation entre Liam et Hope les personnages principaux. Imaginez-vous, je ne suis pas romantique, pourtant, ce récit tendre m’a plutôt séduite.

Graveyard Shift : Amour, flic et vampire

A côté de ça, le travail de l’artiste qui officie sur les planches facilite grandement la lecture. Le style est clair, net et précis. On fait dans le détail sans trop en faire. On se retrouve un peu avec un travail qui n’est pas sans rappeler celui de Mike Allred sur iZombie (le comics pas les simples cases de transition dans la série tv).On distingue clairement les expressions des personnages ce qui confère de l’empathie à leur égard et j’adore ça. J’aime pouvoir comprendre l’état d’esprit d’un personnage avant même de lire ses paroles. Là où Fran Bueno me charme, c’est que non seulement il réussit ses planches, mais il les sublime avec des jeux de couleurs topissimes qui s’adaptent à chaque partie du récit afin de clairement distinguer les ambiances. On se retrouve même avec un flash-back tout en nuances de gris pour détonner face aux couleurs explosives des parties présentes. Franchement, c’est un régal pour les yeux.

Ce tome ne vaut en aucun cas un voyage dans le monde d’American Vampire ou Day Men, mais je pense que cette histoire peut trouver son public. C’est moins violent, plus amoureux, et franchement si vous êtes fans de Buffy (actuellement diffusé en fin de journée sur 6ter même si on les a vu des dizaines et des dizaines de fois), je pense que Graveyard Shift vous plaira.

Ceci devrait aussi te plaire

Pas de commentaire

C'est l'heure de la papote !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.