Journal de maternité #1

Journal de maternité #1 : Un accouchement avant l’heure

Séparateur
Partager sur facebook
0
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
0

S’il y a bien une chose que l’on ne peut pas prévoir, c’est bien la vie elle-même. A l’heure où j’écris ces lignes, beaucoup de choses ont changé depuis le dernier article, et pour cause, un petit bébé nous a rejoint. Prévue pour le 22 décembre, il se trouve que madame en avait assez d’être bercée dans mon ventre, et avide de découvrir le monde, elle a décidé de montrer le bout de son nez le 10 décembre. Au moins c’est bien, pas de fêtes de Noël à la maternité et un anniversaire un peu plus loin histoire de distancer les cadeaux.

Cependant, j’avais beau entendre des histoires d’accouchement, jamais je n’aurais imaginé une telle nuit, une telle journée. Oui, on a beau dire que pour une première naissance ce n’est pas facile et que c’est long, mais franchement, je vous assure que j’ai bien cru que je n’y arriverais pas, et j’ai donc décidé de vous raconter notre périple, l’épreuve la plus compliquée que j’ai eu à gérer jusqu’à maintenant, mais aussi au final, celle qui représente ma plus belle réussite.


Voici comment la journée s’est déroulée sans aucun détour ni aucune version enjolivée des choses bien sûr (sinon c’est pas marrant, on est pas chez Disney quand on accouche) :

00h35 – Avec l’homme on se couche, mon ventre est lourd, mais impossible pour moi de dormir, mes yeux refusent de se fermer, je fais des allers-retours aux toilettes, je me dis que ce n’est pas possible, il faut que je dorme. Mais non, impossible.

01h45 – Je ne dors toujours pas, j’ai l’impression de me faire pipi dessus, mais ce n’est pas juste une simple fuite urinaire, et puis je n’en ai pas eu pendant la grossesse pourquoi maintenant ? Non c’est trop important pour une fuite. Direction à nouveau les wc, je suis une fontaine, c’est le cas de le dire, je perds les eaux. Et j’en perds un peu au sol au passage. Après avoir suivi les recommandations (comment ça un filet ? c’est les chutes du Niagara là hein les gars), enfiler une protection, je réveille l’homme avec un simple « Chéri, prépares toi, on va à la maternité, je perds les eaux ».

Journal de maternité #1

02h00 – On arrive à la maternité, dans la nuit et le froid, mais le froid me fait du bien. Je n’ai pour l’instant que des tensions mais pas de douleur vive, hors un froid glacial aux fesses mon pantalon étant trempé.

On est rapidement accueillis par la sage-femme de garde, on lui explique la situation, donc hop, nouvelles protections, elle explique que ça va couler jusqu’à l’accouchement, et que ô joie, je ne suis pas dilatée. Je suis seulement à 1, et j’ai rompu la poche, ce qui lui fait m’expliquer que « ça va être plus douloureux » Mais pour l’instant je n’ai pas tellement mal, juste des pointes dans le dos mais c’est supportable.

04h00 – Après avoir été sous monitoring, nous voilà montés en chambre, avec pour consignes d’appeler la sage-femme lorsque les contractions sont espacées de 4 minutes. Je fais donc les 100 pas, impossible de rester en place ou dormir, et oui, ça commence à tirer fort, de plus en plus, de plus en plus rapidement, pendant que l’homme est perdu entre le manque de sommeil et le froid.

05h30 – Les premières contractions douloureuses sont là. Je ne sais pas trop comment les diminuer, on me conseille la douche chaude, qui m’en soulage quelques unes, mais passé un stade, ça ne semble plus fonctionner

06h30 – Retour aux urgences maternité avec la sage-femme, je finis sur le ballon, qui semble soulager les contractions.

07h00/08h30 – Les contractions sont de plus en plus difficile à estomper, respiration, ballon (1h30 dessus ça fait les cuisses), je commence déjà à fatiguer alors que le pire est à venir. J’attends la relève pour me donner un calmant, mais elle tarde à venir, et je finis par appeler à la sonnette ne tenant plus.

Journal de maternité #1

09h00 – Je suis sous dérivé de morphine. Je sommeille, je plane un peu, mes contractions semblent plus courtes et lointaines. L’homme en profite pour aller déjeuner et se doucher.

10h00 – Mes contractions reviennent de plus en plus douloureuses, certaines semblent loin, d’autres me font me crisper à la barre en fer du lit ne pouvant plus respirer. Mais je suis déjà plus dilatée, on va pouvoir aller préparer la péridurale (qui deviendra ma meilleure amie).

10h30 – L’homme revient à la clinique, ne me trouve pas dans la chambre (panique à bord). Je suis en salle de travail, à me demander comment j’ai pu en arriver là. Je n’ai jamais eu aussi mal de toute ma vie, j’ai l’impression que je vais mourir, je perds mon souffle, je me tords, j’ai mal, maintenant je peux dire que je sais ce qu’est la douleur. Et j’admire ces femmes qui savent se maitriser et n’ont pas recours à aucune aide pour l’accouchement. Moi je ne peux pas.

Un anesthésiste est dans le couloir par chance et la péridurale est posée du premier coup. Est-ce que ça fait mal ? J’en sais rien j’ai eu une contraction pendant, donc j’ai rien senti d’autre.

11h00 – Les douleurs s’atténuent drastiquement, je sens une pesanteur, mais je revis, et l’homme m’a enfin retrouvé.

11h/12h45 – Je peux enfin me relâcher, je sens les contractions mais sans douleur, j’arrive à bouger mes jambes si besoin, et je me laisse même aller à dormir et somnoler par moments, ça fait du bien. On en profite pour m’injecter un produit permettant d’accélérer les contractions et la dilatation.

13h00 – Je commence à ressentir les contractions et la douleur, j’appelle la sage-femme car la pompe est par terre, mais finalement, c’est l’anesthésiste de passage qui me la ramasse et me fait appuyer sur le bouton pour ré-injecter le produit en appuyant sur ma main.

13h20 – C’est bizarre, je sens des contractions tout le temps, et un gros poids qui descend, très bas dans le pubis. C’est bébé ? On regarde avec la sage-femme, oui c’est bébé qui arrive. Elle installe le matériel et prévient la gynécologue. Elle me demande si je connais le système des poussées et si j’ai suivi des cours, à ma réponse négative j’obtiens un regard réprobateur.

13h40 – Le travail commence. On sent la contraction, on inspire, on bloque la respiration et on pousse le plus possible vers le bas en apnée. La gynécologue arrive. Toutes les deux sont bluffées par mes poussées (l’homme lui est bluffé par mon apnée alors que je me noie presque sous le jet de douche à la maison), et il faut dire que je donne tout ce que j’ai vu que je ne sens pas la douleur, profitant même d’une accalmie pour faire une petite blague. L’accouchement lui même se passe « comme dans un manuel, c’est dommage qu’il n’y ait pas d’étudiant pour voir ça » selon la gynécologue. Et il faut dire que 4 contractions plus tard avec plusieurs poussées sur chaque, bébé est là. Je vois des petits bras dépasser et j’entends « vous voulez la récupérer elle vous tend les bras? » BIEN SUR que je veux la récupérer. Je prends donc cette chose visqueuse à cause des restes de vernix sortant de moi dans les bras et me retrouve avec un bébé tout rose et pas très sale sur le torse, notre fille.

Journal de maternité #1

13h56 – Helena est née, papa s’en va avec les sage-femmes pour s’en occuper, la peser et compagnie. Moi je reste les deux fers en l’air, avec un placenta qui sort facilement, des points (oui j’ai pas été très délicate mais au moins, bébé n’a subit aucune restreinte pendant l’expulsion). On effectue divers prélèvements, et à ce moment là, je confirme bien que la péridurale est ma meilleure amie.

Le temps que les prélèvements (sang de cordon tout ça tout ça) soient finis, on nous ramène la puce pour faire du peau à peau sous sa petite couverture, la sage-femme nous dit de l’appeler si on voit que bébé veut téter, et à peine sortie de la salle, nous voilà à appuyer sur la sonnette car madame glouton veut son premier festin.

16h30 – Retour en chambre, maintenant nous sommes 3 alors que quelques heures auparavant nous n’étions que deux dans la même pièce, et me voilà de nouveau seule dans mon corps (dans ma tête ça c’est pas sûr).


Nous voilà donc partis pour une nouvelle aventure, et pas des moindres, l’aventure d’une vie entière, enfin de plusieurs vies, les nôtres et celle d’Helena. Et si je peux rajouter quelque chose, c’est que si j’ai expérimenté la douleur, j’ai aussi ressenti un amour infini et une joie intense lors de la première rencontre. Un peu comme si plus rien n’existait autour, c’était vraiment magique. Maintenant, je ne peux m’empêcher de la blottir contre moi, de la regarder, la cajoler et même la sniffer. Oui, un bébé ça sent le bébé, c’est particulier et c’est très addictif. Bref, j’ai accouché d’une petite fille, et c’est la plus belle des choses qui me soit arrivé dans la vie !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
PARTAGE

Ça pourrait t'intéresser

Séparateur

Laisse-moi un commentaire

Séparateur
avatar
11 Fils de commentaires
10 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
12 Auteurs du commentaire
HarleyValérie@EnvieVoyageshachinyuLaurent Grey (@Greynate)anel Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Leïla
Invité
Leïla

Très bel article pour un très bel événement ❤️❤️ Ah oui la copine péridurale!!! Mon dieu merci d’exister!!!!^^ les sages femmes m’avaient prévenue que qd les contractions commenceraient ça serait horrible, comme jai ete déclenché(douleur x1000) je les croyais pas jusqu’à ce que j’ai envie de les frapper toutes!!!!! Je me souviens quand jai du descendre de la chambre à la salle de travail mon dieu c’était le trajet le plus long que j’ai eu à faire, je m’arrêtais toutes les 30sec je m’accrochais à tout ce que je trouvais, je plantais mes ongles dans le bras de la sage… Lire la suite »

By Women for Women
Invité

Ohlalalala !! Félicitation 😀 C’est trop chouette. Et merci pour ce récit très détaillé !
Tu es une winneuse !!
Bonne soirée <3

Corentin
Invité
Corentin

T’es la meilleure louloute ^^ félicitations, je suis trop content pour vous deux (trois^^) !

Elisa
Invité
Elisa

❤️❤️❤️
Beaucoup d’amour et de bonheur pour la famille aussi ?

Céline
Invité

Elle a un super prénom ta fille ! Je suis sûre que ça veut devenir une personne formidable. Allez, la vie ne fait que commencer ! C’est parti 🙂

topproduitsbebe
Invité

Félicitations ! J’ai accouché deux fois sans péri et une fois avec et c’est sûr que ça change tout ! Bon pouponnage avec la jolie Helena <3

Loreleï
Invité

Félicitations <3 Je suis d'accord, on ne peut pas dire qu'on a déjà eu mal dans la vie tant qu'on a pas accouché lol
Pour mon premier accouchement, j'étais tellement soulagée que les souffrances soient terminées, que je n'ai pas regardé ma fille de suite, j'ai vraiment culpabilisé de ça après…..
bisous

anel
Invité

Je viens de découvrir ton univers. Félicitations et bienvenue à ta mini. C’est fou comme on le vit toutes tellement différemment pour au final avoir la même joie. Profitez bien de votre nouvelle vie à 3 et joyeuses fêtes.

Laurent Grey (@Greynate)
Invité

Encore Félicitations ton histoire ressemble beaucoup à celle de ma femme y a 14 mois

hachinyu
Invité

Bienvenue jolie Helena ♥
Je découvre ton univers et m’en vais le parcourir =)

Valérie@EnvieVoyages
Invité

J’attends patiemment mon accouchement (il me reste moins de 20 jours avant mon terme).
J’ai peur et je suis excitée à la fois… Bref, une vraie femme dans toute sa splendeur!
Je vais continuer à découvrir ton univers 😉

MamanHarley

Séparateur
Laura

Maman épanouie, je partage mes aventures de famille, mes lectures, mes coups de cœur et parfois quelques recettes végétales.

Instagram

Séparateur

Suivez-moi

Séparateur