Grossesse Lifestyle

Petits conseils pour accompagner une femme enceinte

11 novembre 2015
Petits conseils pour accompagner une femme enceinte

Lors de la dernière rubrique conseils, je m’adressais plus aux femmes enceintes, mais il est temps de s’intéresser à leur moitié. Car une grossesse, ça ne se vit pas seule, mais en couple, et il est parfois bien difficile de cerner les attentes des uns comme des autres ou encore de gérer les humeurs au sein du foyer durant ces 9 mois. Pour éviter que cela devienne un enfer, il y a quelques petits détails qui peuvent faire toute la différence, bien qu’au fond tous les couples sont différents et il en va de même pour les grossesses. J’espère que ces quelques petits conseils pourront peut-être guider certaines personnes, ou peut-être juste leur donner un aperçu de ce que peuvent endurer nos moitiés alors qu’on se transforme en vilaine sorcière aigrie pleurant pour un rien et râlant de toutes nos forces car on n’arrive plus à sortir du lit.

Rassurer votre moitié enceinte

Cela peut paraître un peu bête comme conseil, et pourtant. Beaucoup ne voit plus la femme dès lors qu’elle tombe enceinte. Mais même lorsqu’elle développe la vie en elle, une femme reste une femme et a besoin d’être rassurée, qu’on la complimente. On ne vous demande pas d’en faire trop, mais juste quelques « tu es jolie aujourd’hui » font très plaisir à entendre, et on sait qu’on reste femme alors que nous même on ne se sent parfois qu’être un simple incubateur. Et puis si on se fait jolie pour vous, c’est aussi pour ne pas montrer que la grossesse n’est que du laisser aller, au contraire, ça va dans les deux sens. On se fait jolie car on a besoin de se sentir un peu moins bombe à retardement. Bon bien sûr, n’exagérez pas sur les journées pyjama et cheveux gras.

Petits conseils pour accompagner une femme enceinte

Demander comment elle se sent, avec parcimonie

Alors là, c’est souvent le point sensible où ça peut coincer. La moitié de la future maman peut se sentir complètement démunie et perdue face à l’état inconnu dans lequel se trouve sa partenaire. A la moindre grimace, réflexion, au moindre souffle suspect forcément, l’inquiétude se fait sentir. Alors oui c’est génial d’avoir quelqu’un de prévenant à côté, mais quelqu’un de parano non. Accompagnez votre moitié, faites la faire des petits exercices de respiration si besoin, faites la marcher, faites la rire, mais surtout ne vous alarmez pas au moindre petit signe de faiblesse. Ce n’est pas parce qu’on bougonne ou qu’on souffle que ça ne va forcément pas. Avoir un poisson de compétition de plusieurs kilos qui se sert d’organes comme punching balls n’est jamais agréable, et il faut faire avec.

Pensez à vous !

Ce conseil qui s’applique en général à la femme enceinte ne doit pas être écartée par le second parent. Les femmes enceintes doivent penser à autre chose que bébé pour prendre du temps pour elles, et leur moitié aussi. Prenez vous un moment rien qu’à vous pour vous changer les idées. Faites un tour seul(e), allez voir des amis, prenez vous du temps sur une console de jeux, bouquinez, mais changez du sujet bébé. Lorsque le bouchon sera enfin sorti vous aurez largement le temps de vous y consacrez, et lors de la grossesse profitez des moments sans bébé que vous pouvez avoir pour vous changez les idées. Vous n’en reviendrez que plus requinqué auprès de votre mammouth échoué sur le canapé ou le lit.

Votre femme enceinte n’est pas handicapée

Aïe, encore un sujet qui coince. Oui une femme enceinte râle énormément, oui il y a des choses qu’elle ne peut pas faire, c’est certain. Mais si elle entreprend quelque chose, ne serait-ce que faire la cuisine, avec plaisir, ne l’arrêtez pas dans son entreprise sous prétexte qu’elle est enceinte et doit se reposer (hors ordre médical), vous risqueriez de la vexer et de l’énerver (beaucoup). Donnez lui un coup de main si besoin, mais laissez la faire. Il faut qu’elle mène une vie normale, le monde ne s’arrête pas de tourner parce qu’on est enceinte. Et si on a besoin d’aide on demande. Mais si on se sent capable de faire quelque chose, on veut le mener à bien, après tout on a quand même notre fierté. Même si se lever du lit ou enfiler des chaussette peut se révéler être une épreuve insurmontable par moment.

Petits conseils pour accompagner une femme enceinte

Surprenez-la

Emmenez votre moitié dans son restaurant préféré si elle n’est pas trop fatiguée, offrez lui un bouquet de fleurs (pas toutes les semaines non plus ça risquerait de faire un peu lourd), un livre qu’elle attend, mais montrez lui que même si vous êtes gaga de son ventre, c’est l’ensemble dont vous prenez soin. Malheureusement, bien que depuis le début je conseille de prendre un peu de distance avec bébé, si vous vous ramenez avec un objet choupinou, il est certain qu’elle craquera aussi. Mais il faut conserver la relation privilégiée entre les deux parents et leur complicité pour ne pas créer de distance qui pourrait empirer avec l’arrivée de bébé et le manque de temps.

Allez-y doucement sur les gazouillis et les jeux avec son ventre

Pour certains cela paraîtra normal, mais pas pour d’autres. Gazouiller avec le ventre de votre partenaire et l’une des rares techniques dont vous disposez pour entrer en contact avec bébé. Et c’est génial à voir, mais si par malheur cela fait un certain moment que bébé cartonne dans tous les sens, il se peut que le geste paraisse lourd. Alors que maman veut que bébé s’apaise, il faut que le second parent vienne à nouveau excité bébé et le faire bouger dans tous les sens. Si vous sentez votre mammouth commencer à râler ou à vous pousser délicatement, ne vous vexez pas, c’est juste qu’elle voudrait avoir un peu de répit et éviter de se récupérer des côtes en morceaux.

Soyez indulgents

Enfin, dernier conseil mais pas des moindres. L’indulgence doit être un maître mot pour les mois de la grossesse. Les changements d’humeur, les crises de fatigue, parfois de colère, les râles, la mauvaise humeur, on essaie de le cacher, mais bien des fois il nous est impossible de faire semblant. Ce n’est pas contre vous, surtout contre nous, contre la fatigue de notre état, parfois contre le monde qui nous entoure car on prend tout beaucoup plus à coeur, mais soyez indulgents. On essaie de bien faire, et parfois, ça bloque. Ne vous révulsez pas à la moindre réflexion, ça finira par passe , et puis de toute façon envenimer les choses est pas très conseillé, vous ne feriez qu’empirer son état et devoir supporter une bombe pour les heures qui suivent. Bien sûr, si elle s’en prend à vous sans raison, tentez de la raisonner dans le calme, même si cela est très dur. Mais vous verrez, c’est un bon entrainement pour calmer les nerfs devant une tête de mule qui s’énerve sans pour autant comprendre ce qu’il se passe, comme avec les bébés.

Ceci devrait aussi te plaire

Pas de commentaire

C'est l'heure de la papote !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.