Grossesse Lifestyle

Journal de grossesse #6 : Tout est si petit

4 novembre 2015
Journal de grossesse #6 : Tout est si petit

La grossesse c’est toute une aventure. Souvent on a droit à des jolies surprises, d’autres un peu moins bien sûr, mais parfois, c’est un peu étrange. Déjà, alors qu’il reste quelques semaines avant le terme, on se retrouve avec pas mal de paperasse à remplir, des papiers et des déclarations que l’on ne connaissait pas, on se rend compte qu’il faut courir pour refaire faire sa carte d’identité périmée en faisant attention à la bataille nom de naissance, nom d’usage etc (désolée déformation professionnelle mais sinon ça bugue sur les cartes de groupe sanguin), il faut prendre tout plein de rendez-vous médicaux. Heureusement, on a un peu de temps en plus grâce au congé maternité (enfin un peu avancé avec les jours pathologiques oui parce que bon, à 8 mois on ne peut pas tellement continuer à courir dans tous les couloirs de son boulot.

On se prépare doucement

Alors pour ces petits jours, on profite, on se relaxe, on prend du temps pour soi. On sent bébé plus que jamais grâce au repos, on peut marcher un peu, mais on sent vite le poids qui pèse et descend peu à peu. Et du coup, on continue les préparatifs sur la liste de naissance, on prépare la maison, on prépare le linge. Aie, le linge. C’est une sacrée histoire.

Bodies, pyjamas, gigoteuses, draps pour la maternité, capes de bain, petites chaussettes, petits chaussons, petites tenues mignonnes, tout ça, ça fait pas mal. Et puis en plus, on fait quoi on prend du naissance ? Oui mais pas beaucoup car bébé va vite grandir, alors on tape plutôt sur du 1 mois pour avoir un peu de marge, puis on prend un peu de 3mois on ne sait jamais (surtout quand on fait des gros bébés dans la famille ahem). Et tout ce linge, sorti d’usine et de magasins, on ne peut le laisser comme ça, alors on le lave. Et les petites machines, ça fait vraiment très drôles de les étendre pour les sécher ou de les plier. Déjà on a pas l’habitude (du moins personnellement je ne l’avais jamais fait) de plier des pyjamas de bébé, et puis c’est tout petit. C’est tellement tout petit que ça met la frousse (et quand on tient une combi pilote dans les bras en sortant d’un magasin on prend un petit coup en plus). Clairement.

Journal de grossesse #6 : Tout est si petit

Si petit, si fragile

1mois, même 3 mois, ces tailles là c’est tellement petit. On s’imagine un petit être qui remplit ces tenues, et là, on se sent comme assommée. Il faut un petit moment pour s’acclimater. Cela nous semble sur le coup rikiki, fragile, on se sent impuissante. Comment va-t-on s’en sortir à tenir et s’occuper d’un être si fragile sans lui faire du mal, surtout quand on est la douceur à l’état brute dans la vie ordinaire. On fait face à nos petits chaussons récemment trouvés, si petits, si mignons, pour des si petits pieds. Tout ceci nous met une très forte pression et nous fait tourner la tête.

C’est peut-être aussi ce qui nous permet de nous forger et nous permet de mieux ouvrir les yeux. Mais c’est impressionnant, honnêtement, je ne pensais pas à ce point là. Puis quand on range le linge, pour commencer sa valise de maternité, on met les affaires en suivant la liste, on cherche les produits de naissance, on prépare les serviettes et compagnie. Et on se retrouve assise en tailleur, à remplir tout ça, en se disant que le moment approche. On peut avoir les larmes aux yeux, mais c’est un mélange d’appréhension et d’excitation. Ce n’est pas mauvais, juste une petite boule qui ne noue (en plus de la grosse boule qui gigote à longueur de journée). Mais ça fait drôle, d’ici quelques semaines on se rendra à la clinique à deux, on sortira à trois.

Journal de grossesse #6 : Tout est si petit

On a encore le temps hein ?

C’est d’ailleurs à ce moment qu’on se dit qu’on a plus beaucoup de temps pour tout finir, alors qu’en fait si puisqu’il reste quand même ces semaines à venir. Et même si on se rappelle les mots de Madame Gygy qui veut qu’on se tienne prête un mois à l’avance, ça laisse un peu de marge. Non non non Madame pression, va-t-en un peu plus loin s’il te plaît.

Du coup, si dans les premiers mois on s’affolait au moindre signe inconnu par notre corps, bah, on recommence sauf que cette fois ce n’est pas juste des moustaches de chats ou des bulles, mais plus des crampes qui se font plus sensibles dans le bas ventre. C’est normal, le travail commence à se préparer doucement, et tant qu’il n’y a pas de perte des eaux, de bouchons muqueux (pouerk) ou de crampes très fortes et à répétitions, on a le temps. C’est juste assez déroutant, et puis en plus, maintenant, on ne peut plus se contenter de se coucher pour se soulager, car sur le dos les organes sont comprimés, sur le côté c’est trop lourd, assis on n’est pas bien non plus, et debout ça pèse. Bref, on aurait presque envie que les semaines passent vite car ça devient fatiguant, mais j’aimerais encore gardé ma pépette au chaud. Je n’ai pas envie de la laisser sortir pour l’instant, il faut qu’elle reste au chaud. Mine de rien, même si j’ai hâte de la tenir dans mes bras, et que voir des bébés me rend excitée, je me sens bien de la sentir dans mon bidon tout rond. Ah, l’amour et l’impatience.

Ceci devrait aussi te plaire

1 Commentaire

  • Répondre July 4 novembre 2015 à 20 h 47 min

    Allez plus que quelques semaines et la princesse sera là. Et après ce n’est que du bonheur. Reposes toi bien!! Bises

  • C'est l'heure de la papote !

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.