Coin Lecture

Coin lecture #3 : Vampires, Licorne et Lapins

1 novembre 2015
Coin Lecture #3

Alors que Dragons fait ses belles heures sur France 4, oui on est tous fans de ce dessin animé et surtout de Krokmou, aujourd’hui j’ai décidé de vous partagé quelques petites lectures qui me tiennent à coeur. Au programme de ces lectures comme indiqué dans le titre, des vampires dans un comics tout nouveau en France, une prophétie de licorne dans un monde mystique, et une aventure épique sur une tribu de lapins.

La Malédiction de la Licorne, par Bernard Simonay

Ce bouquin et moi, on a une histoire particulière. Il m’a été offert par un ami proche il y a de ça beaucoup d’années alors que j’étais adolescente. J’ai été rapidement séduite par le personnage principal de Nelvéa, cet univers fait de créatures mystiques, de prophétie, de force intérieure. C’est le dernier tome de la saga Phénix de Bernard Simonay, sur la famille de Solyane et Dorian, des demi-Dieux à la tête de Gwondaleya. Publié en 2001, oui ça remonte, cette histoire n’a pas pris une ride, et pour être honnête, je pense même qu’il y a de fortes chances que les fans de Game of Thrones et compagnie se laissent séduire par le titre. Bien sûr, il est recommandé de commencer par le premier tome, mais celui-ci peut se lire seul puisqu’il se concentre sur Nelvéa et son accomplissement personnel, en passant par l’amour, l’esclavage, le voyage, et la spiritualité. Il y a quelques jours, j’ai été prise d’une envie assez frénétique de relire ce tome en particulier, peut-être à l’idée d’être mère et de lire cette histoire qui dégage une grande force, avec une jeune femme qui doit puiser au plus profond d’elle-même pour s’en sortir. Attention tout de même c’est un gros tome !

La Malédiction de la Licorne

Watership Down, par Richard Adams – en anglais

Il y a quelques années, j’ai découvert (enfin on m’a fait découvrir, merci Mr Bart <3) le groupe Fall of Efrafa (dépressifs s’abstenir). Je suis de suite tombée amoureuse de ce groupe, puis de fil en aiguille, à travers d’autres groupes présentant également Alex CF parmi leurs membres, je me suis intéressée à l’artiste en lui-même. J’ai alors découvert que son oeuvre qu’elle soit musicale ou visuelle s’inspirait de Watership Down de Richard Adams. Ce livre est un classique dans les pays anglophones, mais pas très connu chez nous, et il est parfois compliqué de se le procurer. J’ai donc pu découvrir à la lecture, une aventure épique d’une bande de lapins qui se décident à quitter leur terrier menacé par un danger imminent. Ils vivront diverses péripéties, des affrontements, des rencontres, parfois bonnes parfois mauvaise. C’est une lecture touchante et qui décrit plutôt assez bien une vie plutôt humaine même si c’est une version avec des lapins, avec un voyage traitant également de la mort. On y apprend ainsi les significations de Elil, Owsla, Inlé, tous ces termes qui peuvent paraître ésotérique dans le monde de Fall of Efrafa. Du coup, non seulement c’est un coup de coeur littéraire que je vous invite à découvrir, mais je vous engage aussi à écouter Fall of Efrafa, ou Momentum, ou Light Bearer ou récemment Anophéli (oui Alex CF je t’aime énormément) et à découvrir le monde d’Alex CF dont l’univer est superbe.

Watership Down

Day Men – Tome 1 Lux in Tenebris, par Matt Gagnon, Michael Alan Nelson et Brian Stelfreeze

Bon, pour sortir du monde des bouquins avec beaucoup de pages et beaucoup de mots, voici un comics qui est une découverte totale. On se plonge ici pour 15 euros chez Glénat BD, dans un monde de vampires pas tellement comme les autres. Ici, les stars ne sont pas tellement les vampires, mais surtout leurs hommes de mains qui évoluent la journée pour s’occuper de leurs affaires pendant qu’eux dorment comme des poids morts. Traffics de canines, dégénérés, violence, famille emblématique, mafia, tout se mêle. Cela me fait penser un peu au titre Bite Club chez Vertigo, mais avec plus de violence et des vampires bien plus charismatiques et mieux travaillés. Qu’on se le dise, l’histoire est très prenante et c’est simple je n’ai pas plus lâcher le tome une fois la lecture commençait même si le sommeil me taraudait, l’histoire a pris largement le dessus. De plus, les planches sont quand même splendides. Franchement, un gros gros coup de coeur comics, et ça faisait longtemps que je n’avais pas eu un coup de coeur de la sorte. Merci Glénat pour la parution !

  Day Men

Ceci devrait aussi te plaire

Pas de commentaire

C'est l'heure de la papote !