Lifestyle Maternité

Journal de maternité #45 : Petite fille de mon coeur

26 mars 2017
Journal de maternité #45

Bienvenue les amis dans un nouveau journal de maternité. Cela fait maintenant 15 mois que notre pépette est venue au monde. Depuis cette journée d’hiver où on l’a rencontré elle est restée notre petit trésor, notre petit bébé. Mais voilà, à 15 mois, il est difficile de la voir toujours comme un petit bébé. Et ces derniers jours, ceci m’est apparue comme une évidence. Vous aussi vous avez eu un choc en réalisant que votre bébé n’en était plus vraiment un ?

Au revoir bébé, bonjour petite fille

Bon bien sûr, je continue de la nommer bébé de temps en temps au lieu de petite fille. Mais le constat est là. Quand je la vois jouer de son côté, ses petits cheveux qui commencent à devenir longs, à la voir s’exprimer, je réalise. Elle a grandi. Elle a changé. Elle s’est affirmée. Elle est devenue une petite fille. Et franchement, ça me fait bizarre. Elle a tellement changé en si peu de temps.

Elle passera sa vie à changer, à grandir, évoluer, s’épanouir. Mais je trouve que ces 15 mois sont juste passés à une vitesse folle. Je n’ai aucune maitrise sur ce temps si ce n’est profiter des moments et vivre notre routine. Alors je la regarde, je parle avec elle, on parle beaucoup d’ailleurs. Je profite de ses câlins, bisous (avec le bruit du bisou oui oui). On fait le lion, le chat, le chien, le poisson. Je la regarde parler à ses livres, essayer de me voler les miens. Je pense que j’ai encore parfois du mal à réaliser.

Et parfois la vapeur s’inverse

Sauf que parfois, comme en cas de bobo ou de virus, la situation se retourne. Elle laisse son côté petite fille de côté pour redevenir le petit bébé qui a besoin de sa maman. Des câlins, des bisous, des tétées câlins / miam miam. J’ai beau être complètement à l’envers (virus 3 – famille 0), devoir lui imposer des soins tels que le lavage du nez ou autre, ces journées là sont très cocooning. On dort, récemment elle s’est même endormie seulement sur moi en pleine nuit, on joue doucement (hors escalade du canapé qui est devenu l’un de ses jeux favoris malade ou pas), on câline. Quand elle est très prise elle a tendance à ne plus trop manger, mais se rattrape parfois en tétées. Le lait étant plus agréable que la purée quand on a la gorge irritée et qu’on avale des glaires à longueur de journée.

Et ces moments là se font de plus en plus rares. Qu’elle s’endorme sur moi après une tétée, pendant un câlin, qu’elle reste pour un gros câlin toute blottie. Des fois je me dis que ça me manque. Et puis, quand ça va mieux, je la regarde toute grandie, jouer, rire, et je me dis qu’en fait, un bébé, quand il devient un enfant, c’est absolument magique à voir.

Ceci devrait aussi te plaire

Pas de commentaire

C'est l'heure de la papote !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.