Sur Écran

Dragon Age : Inquisition, ou ma vie de mage

9 août 2015

Je ne sais pas si cela vous arrive, mais parfois, il m’arrive de n’avoir qu’une seule envie : m’évader. Certains se disent alors « prenons la voiture (ou autre moyen de transport) et partons à l’aventure ». Sauf que quand on a un boulot, on ne peut pas se permettre de tout plaquer comme ça et partir, alors on se trouve d’autres échappatoires, que ce soit la lecture, une série tv, une activité ludique ou encore un jeu vidéo dans lequel on se perd facilement. Et c’est à ce dernier point que je souhaite en venir. Quand j’ai besoin de m’évader pour telle ou telle raison, j’allume la PS4 et hop hop hop Dragon Age : Inquisition is on, c’est parti pour un voyage (de souvent quelques heures) dans les terres de Thédas. (Et puis de toute façon c’est de la faute à Bioware et leurs jeux – coucou Mass Effect au passage).

tumblr_nezm1yz1ZL1rshkmvo1_500

Une vie d’exploration dans un monde superbe

Tout d’abord, ce qui est bien dans ce jeu, c’est qu’il est fait pour tout le monde, ceux qui aiment la stratégie, ceux qui aiment taper, ceux qui aiment la magie. Mais surtout ceux qui aiment les histoires bien construites, les univers riches, les mondes libres et les jeux de rôle. Ici, tu fais presque ce que tu veux. Tu choisis ton apparence, tu choisis tes compagnons, tu choisis tes propres dialogues et du coup tu te crées ton histoire. Par exemple, entre mes différents personnages ( au nombre de trois -tous mages bien sûr – : une humaine, une elfe, et une qunari), mes histoires sont différentes, mes équipes sont différentes, et je trouve ça génial. On peut même découvrir de nouvelles missions secondaires entre les personnages ayant raté un dialogue dans la partie précédente. Il y a toujours des nouveautés, on a pas tellement l’impression de toujours refaire le même parcours.

Ce monde est donc libre et magnifique. Je n’exagère pas, je vous promets. Les décors sont dingues, les textures sont bluffantes (hors bug ponctuel), et du coup, on s’immerge facilement dans ce nouveau monde, à travers les différentes cartes pour explorer, chercher des missions, des ressources, avec une palette de sorts et de couleurs sublimes lorsqu’on est mage. C’est le genre de jeu où on se dit « aller je me prends une heure » et au final quand on décolle de l’écran, quatre heures se sont facilement écoulées. Alors que pourtant, peu de jeux m’accrochent de la sorte. Pour l’instant il y a Dragon Age et son univers, Diablo III (oui bon hein), Skyrim et Mass Effect. D’ailleurs, ces jeux (surtout les Bioware) proposent des bandes sons absolument magnifiques, qui m’accompagnent souvent, je ne vous le cache pas, lorsque je sens que le sommeil se fait désirer au dodo (la BO de Mass Effect 3 étant la meilleure de tous les temps à mes oreilles yeux).   world

Se faire de nouveaux amis et ennemis

Avoir des compagnons qui nous accompagnent tout au long de l’aventure, et pouvoir interagir avec eux nous conforte un peu plus dans cette impression de se créer une nouvelle vie. C’est bête mais pourtant très agréable. Et puis au moins, quand ils nous agacent on peut les taper sans aucun dommage, mais bon ça c’est une autre histoire. Ils sont tous différents et, mis à part Solas que je n’ai jamais pu bien sentir, ils ont tous leur charme et leur histoire à raconter, avec des interactions entre eux parfois très drôles. Seulement, pour chaque ami, il y a des ennemis, des venatoris (mages), des templiers dopés avec de lyrium rouge (une pierre qui rend fou), des démons (avec mon grand copain le démon de l’orgueil qui est sublime), d’autres petites bêtes à tuer pour récupérer des ressources (que fait PETA ?). C’est vraiment un riche univers, exit les simples soldats de guerre à tuer. Et puis, point d’orgue dont le nom tire son origine : les Dragons ! Oui, nous avons des dragons à affronter, tous superbes et ayant leurs particularités (avec certains qui font très mal au popotin quand on est stuffé comme un idiot).

Mais heureusement pour se réconforter de tout ça, on a aussi droit à une part de douceur en pouvant se choisir un amoureux ou une amoureuse dans l’histoire. Tout le monde y va de son coup de coeur, et pour ma part c’est le grand Cullen alias Curly alias Bouclette <3. C’est marrant de voir évoluer la relation, la construire avec des attentions, découvrir de nouveaux dialogues et de nouvelles missions. Mais honnêtement, je ne suis pas la seule à être sous son charme…

cullen

L’histoire sans fin ?

L’avantage avec Dragon Age : Inquisition, c’est que l’histoire change en fonction des parties jouées sur les opus précédents avec un import de données, mais aussi selon les dialogues, selon les personnages. C’est riche, et comme chez Bioware ils font les choses bien, en plus des 100 heures moyennes d’histoire pour un personnage, ils nous rajoutent des extensions comme les Crocs d’Hakkon qui nous ramène sur les traces du précédent inquisiteur d’une durée de vie d’une dizaine d’heures. Histoire de se refaire un peu les dents sur le jeu et surtout se reperdre dans ces nouvelles étendues.

Pourquoi vous en parler maintenant, tout simplement car dans quelques jours arrivera un nouveau DLC, cette fois dédié aux tréfonds : The Descent (non pas le film), un univers qui manquait plutôt pas mal à ce jeu comparé aux précédents. Place aux engeances, ces êtres décharnés accompagnés de grosses bêtes à cornes dans les souterrains du monde… Sur ce, je vais aller me perdre un peu dans ce monde et j’espère que par hasard certains d’entre vous seront attirés par le jeu, ou auront à nouveau envie de prendre à nouveau la manette (ou clavier) en main.

Ceci devrait aussi te plaire

2 Commentaires

  • Répondre jamesedgegrayson 9 août 2015 à 20 h 44 min

    ah bah si c’est comme Mass effet, j’ai joué au 3, j’ai adoré. J’ai recommencé mais je ne pouvais pas aller à la « vraie » fin alors j’ai tout repris depuis le 1(en les découvrant avec plaisir) et ?pour finir sur le 3. Alors, non, désolé, mais je vais me forcer à ne pas succomber à ce jeu

  • Répondre Yasha 14 août 2017 à 13 h 07 min

    Rolala ce hasard, je suis ultra fan de cette saga de JV, ma préférée pour tout dire, et je passais par là par hasard (cc la véganie de twitter) et boom je vois que le jeu fait une autre heureuse ! C’est ti pas formidable ?

    Bref, je trouve que ce jeu est sous-côté et que le côté immersif, re-jouable et narratif en font un titre assez unique en son genre qui devrait être plus mit en avant ♥

    Je me suis fait 3 scénarios à partir de DA : Origins depuis que je connais cette série et j’attends avec impatience la suite ! 🙂

  • C'est l'heure de la papote !