Humeur Lifestyle

Imposer son véganisme à son enfant ?

16 avril 2017

Végétariens, végétaliens, véganes, voilà des mots dont on entend beaucoup parler. Et pas souvent en de bons termes quand il s’agit des familles, et surtout des enfants. Que ce soit au sujet des carences, ou des mauvais traitements infligés aux enfants par les parents suite à une nourriture végétale, etc. Sauf que si l’on pense qu’il n’y a que la presse qui se pose des questions ou qui parle des parents qui imposent leurs choix à leurs enfants, ce n’est pas le cas puisque étant parent végane, je me confronte très souvent à ces sujets. J’ai déjà parlé de la non dangerosité du végétalisme chez les bébés par ici, mais aujourd’hui on va plutôt se pencher sur la question d’imposer ce mode de vie . Alors impose-t-on le véganisme à son enfant ?

Le petit contexte qui fait tout

Bien souvent, quand on parle bébé, on peut parler de la diversification alimentaire, les préférences des petits bouchons, de leur stade du moment. On peut aussi parler allaitement maternel ou biberon mais à 16 mois ces questions là se font plus rares. Du coup, je vous le donne dans le mille, quand on parle alimentation, les gens qui savent que je suis végane finissent toujours par poser la même question « Mais du coup elle mange comme toi ? ». La réponse est oui. Et c’est tout naturel à mon sens.

Les premiers mois, on me demandait si je comptais donner de la viande, ce à quoi je répondais que non et les gens s’inquiétaient « Et les protéines ?  » mais au final ils changeaient rapidement de sujet puisque beaucoup n’introduisent la viande que vers la fin de la première année pour des soucis de digestion difficile. Maintenant, ce n’est plus trop le cas. Et ça finit bien souvent par  » Donc tu lui imposes de ne pas manger de viande ?  » – « Tu feras comment quand elle sera à l’école ?  » – « Et si elle veut en manger ? « . Genre c’est mon avis, et en grande dictatrice, personne n’a son mot à dire à la maison.

Alors on impose ou on n’impose pas ?

Mais voilà, la réponse est plutôt simple : on fait ce qu’on veut, et lorsqu’elle sera en âge de prendre ses propres décisions, elle choisira sa route. Oui pour l’instant elle n’a pas d’apport en protéines animales sauf celles du lait maternel, elle ne possède pas de gilet / chaussures en peau / poil d’animal  mais elle ne manque de rien et est en pleine forme. Et pour l’instant, elle ne décide pas vraiment de ce qu’elle veut manger ou pas, enfin si, mais elle n’a pas d’assiette composée et surtout n’est pas en âge d’affirmer vouloir manger autre chose, vous me suivez ? Du coup, ne cuisinant que du végétal à la maison, elle ne mange que du végétal, sans carence (je vous vois venir en agitant votre index menaçant sur les derniers articles de presse citant Mr Tounian). On pourrait alors dire qu’on impose ce régime OR les parents qui consomment de la viande et qui en donnent mixée (ou pas) dans les plats de leurs bébés / enfants leurs imposent aussi. Mais pour eux on va dire que c’est un régime normal sans forcer l’enfant. Bien sûr, composer de bons petits plats équilibrés sans morceau de cadavre ou de dose de produit laitier destiné à un petit bébé d’une autre espèce privé de sa maman c’est de la maltraitance, ce n’est pas ce que les grands pédiatres vont conseiller sinon ils perdent leurs contrats avec les lobbys et grandes marques.

Donc, si vous me suivez bien, dans un cas comme dans l’autre, lors de la diversification alimentaire, on ne peut pas dire qu’on impose vraiment un régime au bébé puisque cela ne va pas contre son avis pour le moment.

Et pour plus tard ?

Si la question ne se pose pas encore chez nous, on y réfléchit quand même. Je pense (cela n’engage vraiment que moi, chacun son opinion) qu’il faut expliquer clairement les choses sans rentrer non plus dans les détails ou vidéo graphiques pour les enfants. Un enfant doit savoir ce qu’il se cache derrière les aliments qui lui sont servis. Si en toute connaissance de cause elle décide de goûter un bout de gâteau à l’école, ou goûter un bout de viande chez mamie / papi, je ne lui crierai pas dessus. Je pense qu’il faut accompagner l’enfant et ne pas le brimer pour qu’il finisse par faire ce qu’il veut en cachette. Je veux une relation honnête avec ma fille. Bien sûr, je sais que je ne pourrai ni lui acheter, ni lui cuisiner des produits d’origine animale, mais si un jour elle veut y toucher, on en discutera et elle prendra ses propres décisions.

En ce sens, je pense qu’il faut respecter le choix de l’enfant. Nous n’avons pas à imposer des choix de vie si l’enfant n’est pas en accord avec. Cela peut paraître dur dans la situation végane, mais je ne me vois pas imposer le véganisme si ma fille ne développe pas la même empathie avec les animaux et qu’elle n’est pas dérangée pour en manger ailleurs qu’au domicile. Nous sommes là pour guider nos enfants, les accepter tels qu’ils sont, que ce soit sur leur orientation sexuelle, leur alimentation, leurs comportements. On leur explique ce que l’on sait, ce que l’on a vécu, notre point de vue, mais c’est à eux de définir leur vie et leur chemin. Bien entendu, on verra sur le moment venu. Mais un enfant qui est élevé dans l’empathie des animaux, à qui l’on explique les dessous des produits de consommation est un enfant à même de comprendre pourquoi il est mal de manger de la viande. Certains s’en contenteront, d’autres non. Et au final, goûter ce n’est pas définitif en soi. Je dirais donc que pour ma part je n’impose pas le véganisme à notre fille, mais que je la guide sur cette voie, et qu’elle se forgera son opinion quand elle sera en âge de faire la part des choses.

Ceci devrait aussi te plaire

3 Commentaires

  • Répondre mylifestyleandtravel 17 avril 2017 à 18 h 11 min

    Je suis tellement d’accords avec toi ! Rien ne sert de lui imposer, car j’ai bien peur que cela crée comme une frustration chez l’enfant plus tard. Le fait de lui expliquer la raison du véganisme et lui proposer un autre mode de vie tout en lui laissant le choix est selon moi la meilleure façon d’agir 🙂 Une abonnée de plus pour toi 🙂

  • Répondre Affectueusement votre 18 avril 2017 à 9 h 57 min

    Je suis aussi d’accord avec toi. Le petit couac c’est que mon compagnon n’est pas végétarien du coup, il ne comprend pas… Il me dit qu’on lui imposera de ne pas manger de tout si elle est vegane, qu’elle devrait décider plus tard. Alors que moi je suis plutôt de ton avis. On y est pas encore mais du coup j’ai beaucoup de doutes à ce propos… En tout cas je suis contente de voir que certaines mamans respectent leurs convictions comme toi et arrivent à le transmettre.

    • Répondre Harley 19 avril 2017 à 8 h 34 min

      Je pense que vous verrez sur le moment venu. S’il a des doutes tu peux lui faire feuilleter Bébé Veggie ou Le petit Végétarien Gourmand qui guide bien sur la diversification alimentaire sans produit d’origine animale. Et quand l’enfant fait son choix, ce sera à vous de voir si vous la suivez dans ses idées ou non.

      Bonne journée à toi et merci pour ton petit mot 🙂

    C'est l'heure de la papote !