Lifestyle

La Coupe Menstruelle, une alliée de choix

8 mars 2017

Bienvenue à toutes et à tous dans ce nouvel article, enfin surtout vous mesdames. Car oui, je pense que le sujet ne passionnera pas ces messieurs cachés là au fond. Aujourd’hui, nous allons parler nana, avec le sujet répugnant pour beaucoup mais pourtant naturel : nos règles. Je parlerai en particulier de ma nouvelle alliée de choix : la coupe menstruelle, plus communément appelée : la cup.

La découverte de la coupe menstruelle

Au début, je faisais comme tout le monde, serviettes, tampons. J’ai eu du mal avec les tampons les premiers temps jusqu’à découvrir l’applicateur. Sauf qu’avec le temps, mes règles sont devenues très abondantes et pouvant aller jusqu’à sept jours en comptant facilement 4 parfois 5 jours de grand flux. Pendant ces jours de grand flux, il faut vous dire que même la serviette la plus absorbante n’était pas suffisante pour la nuit, ni les tampons les plus absorbants. Mais bon, je ne connaissais pas la cup.

Puis, avec l’endométriose, les tampons et moi on a commencé à se fâcher, les jours de petit flux, mal imbibés dirons nous, ils m’irritaient et leur retrait pouvait être douloureux. Vous me direz, oui mais et les serviettes alors ? – Attention partie sanglante – Et bien, ne pas devoir bouger de sa chaise sous peine d’avoir du sang qui déborde de sa ‘couche‘ non parce que c’est l’impression que ça donne, non merci. Sentir ces glaires de sang s’écouler au petit matin, puis au fil de la journée non merci. Le voir s’écouler en se déshabillant non merci. Surtout avec des flux abondants et épais vous voyez le genre. Donc j’étais un peu paumée. Heureusement entre tout ça j’ai eu mes années sans règles suite à la prise de pilule pour l’endométriose, et aussi la grossesse. Sauf que forcément après… ça revient.

Ayant décidée de ne plus pourrir mon corps de produit hormonal synthétique responsable en partie de l’endométriose, je refuse la pilule. J’ai donc eu droit au super retour de couche, hyper douloureux de surcroît. Et là, à nouveau les grands flux dégueux. Mais, la cup faisait parler d’elle, depuis un moment je me posais des questions dessus. Suite aux révélations sur les chocs toxiques, les pesticides et conneries contenues dans les tampons et serviettes, j’ai fait une croix dessus et j’ai acheté une cup dans notre biocoop : la Mooncup. Et là, je me dis et la taille ? Heureusement, c’est un petit tableau qui aide à connaître sa taille, et ayant accouché par voie naturelle, le choix était vite fait.

Une relation houleuse puis heureuse

Le premier cycle, d’ailleurs même arrivée à la maison, je me suis dit : sérieusement faut mettre ça dans mon vagin ? Comment ? Quand ? J’essaie un premier pliage, douleur. Bon, c’est pas gagné. Je recommence, douleur, mais c’est passé. Je la sens me gêner, la tige est inconfortable. Les fuites. Bon, au bout d’un moment, je recommence toute l’opération sous la douche comme conseillé. Rebelote. Et puis il y a le retrait. Comment faire ? L’accouchement a porté ses fruits et je sais désormais maîtriser les poussées qui m’aident à descendre la cup pour dé-ventouser le machin et tirer sur la tige pour la sortir, non sans mal.  Mais j’ai tenu bon, et malgré des douleurs et des fuites (très légères vu l’abondance de mes règles du Niagara), je l’ai utilisée sur tout le cycle.

Second cycle, je découvre un nouveau pliage. MIRACLE. Plus de douleur à l’insertion. Je maîtrise de mieux en mieux le retrait. Sauf que l’abondance augmente un peu. Au lieu de devoir la vider une ou deux fois par jour (car il parait qu’une cup ne se remplit que rarement), je dois la vider matin, midi, soir. Chiant car toujours pas trop à l’aise. Avec le temps, ça devient facile. Je maîtrise l’insertion, le retrait. Et surtout, j’ai coupé une partie de la tige qui ne me gêne plus du tout. Je sens quand elle devient trop lourde et que ça commence à déborder / dé-ventouser. Oui oui, ça arrive. Du coup un tour aux toilettes, une vidange et hop c’est reparti. L’avantage, je peux le faire à la maison avec un robinet à proximité pour la rincer. Sinon, bouteille d’eau ou juste je passe un coup de papier une fois bien vidée (on fait avec les moyens du bord parfois). Troisième cycle, me voilà rodée, sans aucune crainte concernant les petites fuites ou autres. On prend le rythme, on passe à l’eau bouillante avant le cycle suivant. Et vous savez quoi ? Le mieux dans cette histoire, c’est que les contractions et douleurs de mes cycles sont atténuées depuis le port de la cup, et quand je lis les témoignages, je me rends compte que je ne suis pas la seule. Encore un point de plus !

Maintenant, on est inséparables quelques jours par mois. Quelque soit le flux, elle est avec (en?) moi (ouh ça fait très Cinquième Élément ça), toute la journée, toute la nuit. Et je ne changerai pour rien au monde.

Les avantages / inconvénients de la cup

Avantages :

  • Clairement économique, on amorti rapidement l’achat et ça dure plusieurs années
  • Pratique une fois qu’on a pris le pli
  • Très  très peu de choc toxique relatés
  • Pas de produit chimique
  • Pas de sensation écoulement absolument dégoûtant
  • Discret, sous tout type de vêtement
  • Peut se garder trèèèèèès longtemps
  • Peut être utiliser sans risque en cas de petit flux de début ou fin de cycle
  • Peut diminuer les douleurs en limitant les contractions
  • Pas besoin d’avoir un stock de tampons ou autres perdus au fond du sac à main

Inconvénients : 

  • Premières tentatives parfois peu évidentes
  • Ah bah il faut mettre les doigts pour dé-ventouser si tu ne veux pas pousser
  • Peut rebuter et donner l’impression que ce sera un déluge comme dans Shining dans les toilettes
  • Trouver le bon pliage pour l’insertion
  • Trouver la bonne hauteur pour couper la tige et qu’elle ne gêne pas peut être un peu compliqué

Ceci devrait aussi te plaire

5 Commentaires

  • Répondre mamanvanille 9 mars 2017 à 17 h 12 min

    Merci pour cet article. Je compte bien la tester mais je n’ai pas sauté le pas encore.

    • Répondre Harley 11 mars 2017 à 20 h 07 min

      Même si les premiers jours peuvent être houleux, n’hésite pas à persévérer ça vaut vraiment le coup 🙂
      Merci pour ta lecture !

  • Répondre Rachel 10 mars 2017 à 11 h 49 min

    C’est génial. Ça fait 9 ans que je l’utilise et j’en suis à ma deuxième. Je coupe la tige entièrement sinon ça gêne trop et j’y met les doigts. Ça ne me gêne pas. Envolé les mycoses et les sécheresses dues aux tampons. Et puis on peut mettre le mettre en prévision d’avoir ses règles. Et qu’elle liberté d’esprit. Je ne reviendrai jamais plus aux tampons et serviettes.

  • Répondre Harley 11 mars 2017 à 20 h 11 min

    Je l’ai pas mal coupée aussi, au début la tige me faisait mal dès que je devais m’asseoir et j’ai lu qu’on pouvait la couper. Mais c’est tellement la vie de pouvoir la mettre en prévention sans craindre le tampon qui absorbe alors que les règles ne commencent pas encore, franchement, je suis contente d’avoir sauté le pas 😀

  • Répondre Affectueusement votre 18 avril 2017 à 10 h 01 min

    La cup c’est top ! J’ai eu un peu de mal au début, c’est normal mais maintenant ça roule. J’avoue qu’il y a des jours ou je galère et si j’insiste je me fais mal mais c’est très rare. Et j’ai en général seulement besoin de la vider le soir, j’ai de la chance. Avant j’étais réticente à l’idée de devoir y mettre les doigts et tout (glamour, glamour) mais maintenant je suis à l’aise, c’est cool !

  • C'est l'heure de la papote !