Lifestyle Maternité

Journal de maternité #27 : Derniers jours en tête à tête

28 août 2016
Journal de maternité #27

Voilà, à l’heure où sera publié ce billet, nos derniers jours en tête à tête seront finis, et pépette s’apprêtera à passer ses matinées chez l’assistante maternelle. Nos journées en tête à tête vont me manquer. Voir sa bouille à chaque réveil, la câliner pour l’endormir, jouer avec elle, l’entendre babiller dans la maison, la voir me suivre partout en rampant. Heureusement, ce ne sont que de simples matinées et je peux m’estimer heureuse, mais c’est quand même un cap à passer.

C’est l’heure de repartir au travail

Et voilà, après avoir profité du congé maternité et du congé parental d’éducation, il est temps de se remettre dans le bain et repartir au travail. En fait, le retour ne me dérange pas, j’aime la vie active tout ça. Mais me séparer de mon bébé, ça c’est dur. Je suis fusionnelle avec ma fille et j’aime tous les moments passés avec elle, les bons comme les mauvais. J’arrive à la quitter pour un bref moment, une ou deux heures, mais j’ai toujours l’impression qu’il me manque une partie de moi. Je me retrouve un peu comme bancale. Cela ira mieux en prenant le rythme et l’habitude me direz-vous. Mais je n’ai pas envie de m’y habituer.

J’entends déjà les « mais ça te fera du bien », « c’est du temps pour toi ». MAIS NON. Non, être séparée de mon bébé même si elle a 8mois passés ne me fera pas du bien. Non mon enfant n’est pas un fardeau que je cherche à fuir. Non travailler ce n’est pas du temps pour moi. C’est du temps à me prendre la tête sur le boulot, avec les collègues, retrouver la mauvaise ambiance qui y règne certains temps. Alors non, je ne suis pas enchantée d’y retourner. Je préfèrerais largement rester auprès de mon bébé à la voir évoluer.

Seulement, comme dit plus haut, je me console en me disant que c’est seulement le matin, et que je la récupère entre midi et deux. J’ai déjà hâte de la retrouver et la serrer dans mes bras après cette absence. Je n’ai pas contre pas hâte d’affronter d’éventuels engorgements sur la matinée sans pouvoir tirer mon lait (non le tirage aux toilettes avec le téléphone à côté ne me plaît pas des masses). Je me dit que pour elle ce sera bien, elle sera avec une copine et un copain. Elle sera stimulée différemment, elle apprendra de nouvelles choses. Alors je remise mon cafard de côté, je me mets un coup de pied au popotin et en avant !

Journal de maternité #27v

Un remake de Dora l’exploratrice version maison

En attendant cette reprise qui aura lieu demain, bébé et moi profitons un maximum. En plus, elle fait des pseudo-bisous et plein de câlins, en me réclamant souvent les bras. Je la regarde évoluer. Et parfois je repense à ces premières semaines où juste sa tête et ses mains ou pieds bougeaient doucement. Maintenant c’est une véritable fusée. Elle rampe partout dans la maison. La barrière de sécurité est arrivée à temps.

Salon, chambre. Chambre, salon, cuisine. Salon, salle de bain. Elle ne me laisse seulement du répit que quand elle dort. Sinon, elle explore les moindres recoins, les derrières de porte (elle adore bouger les portes), les bibliothèques. Elle me suit en cuisine, elle me suit aux toilettes… Une véritable Dora miniature, curieuse de tout toucher et découvrir. Bien sûr elle a toujours des moments de jeu sur ton tapis. Mais ils restent rares car elle préfère partir en vadrouille, parfois avec un jouet dans chaque main. Elle fait sa vie. Puis parfois, s’arrête et se met à chouiner pour finir dans les bras, ou en tétée.

Pour accompagner ses vadrouilles, on a droit à un véritable concerto de babillages en tout genre, voire même des cris. Elle se surprend même par sa voix de temps à autre. C’est tellement mignon. Chaque jour ses nouveaux sons, ses nouvelles intonations. J’aime l’entendre, et être plongée dans le silence au travail risque d’être un peu plus lourd.

Maintenant, il est vrai que c’est fatigant de s’occuper d’un bébé qui crapahute autant et qu’en fin de journée, j’apprécie son coucher. Mais quand même. C’est une bonne fatigue, une fatigue pleine de souvenirs gravés, d’une journée pleine de rebondissements. Au retour de chez l’assistante maternelle, elle n’aura pas perdu sa matinée, au contraire, mais moi un peu. Seule l’assistante maternelle pourra me dire ce qu’elle a fait, bébé elle ne pourras pas me faire partager ces instants. Bien sûr, on verra au fil des semaines comment cela se passe, et je sais que ça se passera bien, mais quand même. J’ai le coeur pincé à l’idée de me séparer de ma fille tous les jours.

Ceci devrait aussi te plaire

Pas de commentaire

C'est l'heure de la papote !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.