Lifestyle Maternité

Journal de maternité #24 : Nuit d’orage et exploration

31 juillet 2016

Il y a quelques jours, dans le dernier journal de maternité, je vous parlais de pépette qui sait maintenant se tenir assise un moment pour jouer seule. Et bien, en très peu de temps, la voilà partie pour explorer la maison, telle une petite chenille qui rampe. Le temps passe juste trop trop vite, même si parfois les journées peuvent être un peu longues.

Petit aspicot deviendra grand

Voilà, elle rampe, ça y est. Et pour qu’un bébé rampe, il faut attiser sa curiosité, lui donner envie d’avancer. A la maison, les premiers instants se sont déroulés sur notre lit, son espace de jeu de roulé boulé. Un tout petit robot trouvé à maison du monde a su capté son attention et elle commençait à se déplacer pour l’atteindre. Puis, un matin, je mets la puce sur son tapis dans le salon, je vais chercher ma tisane, et hop, je la retrouve à moitié sous le canapé… Je la remets sur le tapis, je vais chercher mes céréales, et je la retrouve au niveau de sa chaise haute. Et là, j’ai halluciné. Alors qu’elle avait encore des mouvements hésitants la veille, elle se met à ramper d’un côté de l’autre, vers mes chaussons, vers ma bouteille d’eau. Tout est allé à une vitesse folle.

Du coup, maintenant, j’ai trouvé comment la faire ramper et travailler ses petits muscles, disposer une bouteille d’eau pas loin, comme ça quand elle essaie de l’attraper elle glisse sur le parquet et pépette doit avancer pour aller la chercher. Pas besoin d’investir dans des jouets en forme de cylindres pour l’aider à avancer, juste une bouteille ou des chaussons. Maintenant j’aime me mettre en face d’elle sur son tapis dans sa chambre et l’observer ramper vers moi. Il va falloir redoubler de vigilance dorénavant, et je n’ai qu’une trouille, la retrouver sur une zone où le parquet pourrait être abîmé et se coller des échardes dans les bras ou jambes. Je vais peut-être investir dans des genouillères je pense.

Journal de maternité-24-2

Nuit d’été orageuse, bébé boudeuse

Mais après avoir passé une journée à crapahuter, batailler, jouer, câliner, manger, téter, et rire, il faut récupérer avec une bonne nuit. Sauf que dans le Sud-Ouest, l’été, on a droit à des temps très lourds, oppressants et forcément des orages assez souvent, de nuit hein de préférence. Du coup, pépette se réveille, ne pleure pas spécialement, mais se réveille à chaque coup de tonnerre ou presque et parvient difficilement à bien retrouver le sommeil ensuite. Du coup, je suis aussi réveillée et je reste aux aguets.

Pépette se réveille alors le matin après une nuit qui n’est pas de tout repos, et si en plus elle est réveillée plus tôt que d’ordinaire, on a droit à la tête des mauvais jours tout au long de la journée. Avec des pleurs de fatigue, mais ces jours-là il y a toujours une perturbations également sur ses siestes pour aller de paire, bébé qui n’a pas trop faim et préfère parfois le sein au reste, bébé qui réclame les bras. Bref, en fin de journée, on est tous épuisés. Les bébés cependant quand très fatigués, ont tendance à soit s’écrouler dans leur lit, soit avoir du mal à trouver le sommeil. Après une journée difficile bien sûr c’est la seconde option qui prévaut ici. Heureusement, elle parvient à s’endormir, et réclame juste le sein un peu plus tard pour des dernières tétées avant la nuit.

Mais vous savez quoi ? Même si ces journées sont loooongues, il suffit de voir bébé se blottir pour la tétée, sentir son petit souffle une fois sa tête posée sur son épaule, voir son sourire pour oublier la lourdeur de la journée. Je suis quand même contente que pépette n’ait pas peur de l’orage, et que ce soit juste le bruit qui la dérange, j’espère que ça restera comme ça. Et vous, vos bébés ont-ils peur de l’orage ? Quand ont-ils commencé à ramper ?

Ceci devrait aussi te plaire

Pas de commentaire

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.