Lifestyle Maternité

10 fun facts sur mon accouchement et séjour à la maternité

29 juin 2016
Journal de maternité #2

Et c’est reparti ! Après les fun facts sur ma grossesse, cette fois on s’y colle pour l’accouchement de pépette et les quelques jours passés en maternité. Ces petites anecdotes pourront vous faire sourire, et peut-être que parmi vous, certaines futures mamans sont aussi passées par là. Allez, plongeons dans l’univers perdu de l’accouchement et des premiers jours avec un tout petit bébé.

Je pensais que la perte des eaux était rapide

En fait, comme dans les films, je pensais que quand on perd les eaux, ça fait une petite flaque et puis c’est tout. Sauf qu’en fait, ce sont des torrents comme si on se faisait pipi dessus en permanence et ce jusqu’à l’expulsion du bébé. D’ailleurs, la sage femme m’a regardé bizarrement quand j’ai demandé combien de temps ça allait couler.

Au lieu de me reposer en arrivant, j’ai fait les cents pas dans la chambre

J’étais dans l’incapacité de rester au calme, couchée ou assise, il fallait que je marche, que je bouge, oui bon, dans la chambre de la maternité je n’allais pas faire le ménage, mais ça correspond bien à l’image commune. Mon homme m’a même clairement demandé « tu comptes creuser une tranchée? ».

Mon homme m’a perdue, littéralement perdue, dans la clinique

Au moment de partir me faire poser la péridurale, il était rentré grignoter quelque chose et nourrir les animaux (et sortir le chien). Mais à son retour, je n’étais plus dans la chambre à l’étage, ni dans celle du monitoring, mais en salle de travail, je n’ai pas eu le temps de le prévenir, le message était écrit mais je n’ai pas eu le temps de l’envoyer. Heureusement il a fini par me retrouver.

J’ai été privée de nourriture et d’eau

Sachant que passer deux heures sans manger pouvait être parfois rude, j’avais prévu de quoi grignoter et boire pour la journée. Surtout que ce conseil de prévoir à l’avance est très récurrent. Sauf que n’ayant pas fait ma radio du bassin, le travail ayant commencé plus tôt que prévu, on ne savait pas si ça se finirait par voie basse ou césarienne, du coup, pas le droit de manger, ni boire, youhou trop bien. Mais entre la douleur, puis les perfusions par la suite, et enfin l’esprit occupé par le petit bouchon j’ai réussi à tenir.

Je n’ai pas pleuré pour notre première rencontre

Alors que je pleure très facilement, j’étais tellement émerveillée par ce petit être si parfait qui sortait de moi après neuf mois ensemble, que je n’ai même pas pleuré. Je m’attendais à pleurer beaucoup, mais vraiment beaucoup. Je l’ai récupéré moi même une fois à moitié sortie, j’ai eu peur de la lâcher tellement elle glissait, mais après, l’amour m’a envahi, et la découverte.

J’ai dormi seulement 2h la première nuit

Je passais tout mon temps à observer bébé qui dormait. J’étais fatiguée, mais impossible de dormir, de la quitter des yeux. Seule sa petite bouille et ses mains dépassaient, et je les détaillais sans cesse, je caressais ses mains, je lui chuchotais des petits mots. Même une fois à la nurserie pour récupérer (2h du matin), j’avais vraiment du mal à fermer les yeux, il me manquait quelque chose, elle me manquait déjà.

J’ai reconnu les pleurs de mon bébé dans le couloir

Durant la seconde nuit, alors que bébé était à la nurserie depuis 1h du matin,  vers 5h j’ai entendu un bébé pleurer dans le couloir, et je savais que c’était ma fille. Je dormais, mais j’ai été réveillée et j’ai allumé la lumière, je savais que c’était elle. Quand la sage femme m’a demandé si elle la reprenait après la tétée, je lui ai dit que je préférais la garder avec moi.

Je trouvais que bébé faisait beaucoup de bruits inquiétants

Surtout la nuit. Quand tout était calme, je trouvais que bébé faisait beaucoup de petits bruits, et parfois inquiétants les deux premiers jours, ayant quelques glaires à évacuer. Du coup, j’ai gardé bébé avec moi la troisième et quatrième nuit pour me familiariser avec ses bruits.

Je n’arrêtais pas de regarder mon ventre vide

A chaque passage à la salle de bain pour la toilette, ou pipi, ou me laver les mains, je levais mon t-shirt pour regarder mon ventre encore un peu gonflé, mais flasque et vide, puis je regardais pépette, et j’étais heureuse.

La montée de lait fut complètement dingue

Je trouvais que ma poitrine avait grossit pendant la grossesse, mais là, en une journée, je me suis retrouvée avec deux ballons durs, chaud et douloureux. Les conseils de massage et de douche chaude ont été précieux, et mettre bébé au sein ne soulageait pas autant que maintenant en cas d’excès de production de lait (comprendre engorgement). De plus, ils étaient tellement gonflés et durs, que je ne pouvais ni dormir sur le côté, ni sur le ventre. Que ça me manque d’ailleurs de dormir sur le ventre.

Et vous, avez-vous quelques petites anecdotes de ces premiers jours ?

Ceci devrait aussi te plaire

2 Commentaires

  • Répondre Julie Fleurdementhe 29 juin 2016 à 15 h 54 min

    Je me retrouve beaucoup ! Dans les bruits bizarres, l’absence de larmes, le ventre flasque dans le miroir, …

    • Répondre Harley 30 juin 2016 à 15 h 41 min

      Ah ! Je me sens moins seule de ne pas avoir pleurer. Quand on voit un accouchement la plupart du temps les mamans pleurent du coup, avec du recul je me sentais un peu « pas normale » 🙂

    C'est l'heure de la papote !

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.