Journal de maternité #19

Journal de maternité #19 : Le cri de la carotte

Séparateur
Partager sur facebook
0
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
0

Bien le bonjour les amis, j’espère que vous allez bien. On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau journal de maternité, qui n’est pas tout rose, ni tout glamour je dois vous l’avouer. Mais vivre avec un bébé, ce n’est pas vivre dans un monde magique avec seulement des moments parfaits, de la joie et des sourires. Il y a aussi des cris, des pleurs, des inquiétudes, mais au final, lorsque la pression retombe, on se dit que si on a fait un bébé, c’est pour les bons comme les mauvais moments, et qu’à presque 6 mois de maternité, ce n’est que le début.

Carotte, vilaine carotte

La carotte rend aimable, la carotte est pleine de vertus pour la santé, la carotte est l’un des légumes les plus appréciés des bébés… Oui, mais la carotte cons-tipe. J’avais prévenu qu’on ne parlerait pas spécialement de papillons. Étant encore aux premières semaines de diversification alimentaire, j’avais tendance à donner des purées avec de la carotte à ma pépette. Sauf que, Madame Carotte a décidé de faire souffrir mon bébé. D’abord, nous avons passé deux / trois jours sans popo, mais ça lui était déjà arrivé, et je repousse vraiment le moment d’aller acheter des aides pour évacuer, je préfère trouver des méthodes naturelles, sans non plus déranger le transit. Mais au bout de six jours, toujours rien. Je ne pensais pas de suite que c’était à cause de la carotte suite à quelques dérangements passés sans diversification alimentaire. Mais quand la constipation s’est levée, ce fut très douloureux.

Au milieu d’une matinée, je sentais que bébé n’était pas à son aise, je l’ai donc prise sur moi pour un câlin pour l’aider à faire sa sieste. Or, elle a commencé à gémir et pleurer, j’ai cru que c’était pour s’endormir avec son mal à lâcher prise, mais j’ai senti qu’elle poussait. J’ai donc compris que le moment était venu pour elle de faire enfin popo. Et là, le drame. Elle est vite passée aux cris qui fendent le corps, à avoir mal. Mon coeur s’est brisé de la voir souffrir mais rien pouvoir faire à part lui parler, la câliner. Puis, on a enlever la couche sur la table à langer, car les couches peuvent gêner pour l’évacuation, elle avait tellement mal, j’ai même tenté de l’aider en ramenant ses jambes sur son ventre, ce qui semblait fonctionner. Au final, on a fini toutes les deux à pleurer, très fort, avec papa pauvre témoin au coeur deux fois plus brisé.

Après un coup de fil au pédiatre, enfin son associée, la consigne est de stopper la carotte et se concentrer sur les fibres pour l’instant, et boire si besoin des eaux laxatives (via mon lait ou un biberon). Franchement, on a eu très peur, et très mal au coeur, mais après deux épisodes de la sorte en une matinée, le calme est revenu. Pépette a mangé sa purée aux haricots verts en aimant ça d’ailleurs, puis a repris son train train normal.

Journal de maternité #19

Câlin et volonté de ramper

A côté de cette matinée sportive, et très sensible, pépette a démontré une réelle volonté de ramper. En fait, elle est sur le ventre, face à moi, je l’appelle et alors elle tente d’avancer en nageant sur le tapis, c’est mignon à souhait. Et si papa l’aide en mettant ses mains derrière les pieds de bébé, elle parvient à avancer quelque peu. Bon quand elle ne finit pas par regarder papa et lui sourire tout grand. Papa c’est le rire, la foire aux sourires, câlins et puis balade dans les bras, ce qui me fait fondre.

Quand je dis câlin, c’était avant juste la prendre dans nos bras, puis elle a commencé à poser sa tête contre nous même sans vouloir dormir. Et puis un soir, avant d’aller au lit, voici qu’après la tétée, je la prend dans mes bras pour le rot, et elle pose sa tête contre la mienne en me serrant avec ses petits bras. Je serai restée là pendant des heures je crois. Un moment très particulier. Sentir ses petits bras qui se serrent contre soi, en fait je crois que mon coeur s’est encore plus gorgé d’amour (même si c’est déjà plein à ras bord). Et maintenant, je me dis qu’elle grandit vite et assimile les choses. Elle commence à comprendre les relations de causes à effets, et bientôt, une demie année se sera écoulée depuis son arrivée. C’est totalement dingue.

Et vous, vous souvenez vous du premier câlin ? Des premières grosses inquiétudes ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
PARTAGE

Ça pourrait t'intéresser

Séparateur

Laisse-moi un commentaire

Séparateur
avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de

MamanHarley

Séparateur
Laura

Maman épanouie, je partage mes aventures de famille, mes lectures, mes coups de cœur et parfois quelques recettes végétales.

Instagram

Séparateur

Suivez-moi

Séparateur